Escapades
Share
Print article

Comment

Deux Porteñas* à Paris

Marcela Cesar - 05/07.13 - www.myfrenchlife.orgAéroport Charles de Gaulle.  Après-midi ensoleillé en octobre. Enfin, voilà ! La France ! Paris, oh la là !

Quinze heures de voyage, après avoir traversé la moitié planète depuis la fin du monde, nous sommes arrivés à Paris.  Pour quoi? Pour faire un tourisme ? Pour nous trouver avec quelqu’un, nous avions connu pour chat ?

La réponse est non!

Marian Mychelis, mon amie d’enfance, mon partenaire au travail (un bureau juridico-comptable à Buenos Aires), mon âme sœur dans la pensée, avait commencé un an d’avance à chanter, et après une saison réussie à Buenos Aires, nous avons décidé qu’il était temps que le monde connaît  «  le vrai tango » et nous avons acheté les billets  à Paris. C’est pourquoi nous étions là.

Nous avons lancé à la conquête de l’inconnu. Nous avons voulu découvrir le « vieux continent » avec un chemin inverse en « faire l’Amérique » de nos ancêtres, les immigrants qui ont formé l’Argentine.

Ainsi, les deux seules, sans l’aide de personne nous avons arrivés à Paris.

À la sortie de l’aéroport, nous avons pris un taxi qui nous mènerait à notre hôtel.  Après quelques minutes de silence,  j’ai osé inviter le chauffer du taxi avec un bonbon disant  “voulez-vous “, un des quelques mots que je savais  en français de plus «  merci » «  au revoir », “asseye-vous”, «  ferme  la porte », « l’ appartement de Pierre est très confortable »  et «  Frère  Jacques » terriblement chanté. C’était l’unique que je me souvenais de mes cinq années d’étude de la langue française à l’école secondaire. Pourquoi je ne lui aurai pas prêté attention  à Georgette (qui était le prénom de ma professeur) ? J’ai pensé quand le chauffer avait commencé à parler avec fluidité comme si nous avions nées à rue de Rivoli. La situation m’a enlevé l’air, alors j’ai ouvert la fenêtre de la voiture et là j’ai senti « l’odeur à Paris ». Pur, odeur fraîche, indescriptible. Un odeur particulière que je sens chaque fois, quand, après constantes voyages je  reviens à Paris.

Marcela Cesar - 05/07/13 - www.MyFrenchLife.org
Nous avons porté trente minutes de voyage  quand  nous distinguions les dômes de la Basilique du Sacré Coeur. Sacré Coeur, impressionnant, inégalable, en présidant et en gardant la ville. Nous n’avons pas pu nous récupérer  que nous avions déjà  devant à Montmartre dans toute sa splendeur.

Montmartre avec ses rues animées, Moulin Rouge, Pigalle, la Place du Tertre.

Marcela Cesar - 05/07/13 - www.MyFrenchLife.org

Après avoir lu un nombre incalculable de fois « Des abîmes de gloire » de Irving Stone, une biographie romancée du peintre Camille Pissarro, un des fondateurs de l’impressionnisme,  où le quartier de Montmartre est décrit  avec tous ses artistes, sa Bohême…être là  c’était incroyable.

Les pages du livre avaient touché vie et  se présentaient en face de moi et me disant: “vous êtes ici Marcela, dans Montmartre, à Paris!. »

Une fois dans l’hôtel et  déjà récupérées du stress que provoque un voyage dans  un avion et l’émotion de être en «  la ville des lumières « pour la première fois ; nous essayons de nous reposer. J’ai fermé les yeux et je m’ ai réveillé avec  le son d’une sirène, un son différent du bruit fait par les sirènes dans mon pays, je pensais que je regardais un film à la télévision dans ma maison, mais non, j’était  là, en France.

Nous sortons pour prendre le petit déjeuner avec le cours de français et les dictionnaires que nous avions acheté, à la main. Cela est devenu une habitude durant tout le temps de notre premier séjour à Paris. Tandis que nous déjeunions, Marian étudiait fortement comme s’elle avait  un examen  de droite ( sa carrière) à l’Université de Buenos Aires. Je ne pas étudié, non, je profitais ses longs silences à regarder mon autour et enregistrer sur mon rétine de tous les coins de Paris.

En plus d’apprendre le français nous  aussi appris sur les Français. Nous avons appris de sa  discrétion, son amabilité,  le « Madame » ou « Mademoiselle » chaque instant ; le  « pardon », « allez –y » tous échantillons de courtoisie déjà perdus dans notre pays.

Marcela Cesar - 05/07/13 - www.MyFrenchLife.orgNous avons appris que même si Paris est une ville cosmopolite de millions d’habitants, il y a beaucoup de gens seul. Gent seul  en marchant dans les rues. Gens seul  en achetant des vêtements dans les magasins ou les fruits dans le marché. Beaucoup d’entre eux ont appelé l’attention sur nous voir ensemble, en faisant les achats, en regardant les vitrages,  en mangeant  dans un restaurant, en riant  aux éclats ou en parlant à une voix haute et fort.

Le français est timide, d’une voix ténue, sobre,  dans les rues et  comme  public, mais c’est sujet à un autre jour…

(*) Porteñas : personnes nées à Buenos Aires



Join the conversation

6 Comments




  1. Judy MacMahon
    8 years ago

    bonjour Marcela.Je voudrais vous remercier pour votre super premier l’article sur MaVieFrancaise.org. J’attends pour plus!


  2. Marcela Alejandra Cesar
    8 years ago

    Bonjour Judy et merci beaucoup par votre bienvenue merveilleuse.
    Je suis enchantée de faire partie de MyFrenchLife.org!!!
    À bientôt.


  3. marian mychelis
    8 years ago

    Bonjour Judy! merci beaucoup par vos mots sur mon show! Vous êtes très gentille!!
    Marcela je te souhaite successssss!!!!!


  4. Marcela Alejandra Cesar
    8 years ago

    Merci beaucoup Marian!


  5. Judy MacMahon
    8 years ago

    Marian, bienvenue de notre siteweb; je vous invite de rejoindre, si vous voulez…
    Judy


  6. marian mychelis
    8 years ago

    Merci beaucoup Judy, je suis déjà ici. Bises