Arts + Culture
Share
Print article

Comment

Un joli souvenir…

Judy MacMahon - 04/07/13 - www.MyFrenchLife.org

Guest post: Jo Rittey

Pendant mon doctorat, j’ai vraiment eu la chance de recevoir une bourse qui m’a permis de voyager à Paris et d’entrer dans les couloirs sanctifiés de la Bibliothèque Nationale de France (BNF). Ma thèse avait pour sujet « l’identification et l’analyse de la manipulation littéraire de l’auteur médiéval ». Selon le code de la littérature médiévale, seul Dieu pouvait créer et il était donc considéré comme blasphématoire de produire une nouvelle histoire.

L’art des auteurs médiévaux a résidé dans l’adaptation des œuvres classiques, c’est-à-dire, la bible et les récits d’Homère. Ces auteurs se sont distingués par leurs écrits, en utilisant les techniques littéraires héritées de la rhétorique ou l’art oratoire des grecs.

Pour étudier ce phénomène littéraire, j’ai choisi deux textes du XIIème siècle : « Joseph d’Arimathie » de Robert de Boron, et « Li Biaus Decouneüs » de Renaut de Beaujeu, .

L’occasion de feuilleter les pages de ces livres était comme un rêve pour moi. La demande d’accès aux ouvrages se fît des mois en avance auprès de la BNF. J’obtins un rendez-vous, on me fournit des gants blancs puis on me laissa au paradis. Au Moyen Age, on n’a produit que les manuscrits considérés comme « valant la peine » ou essentiel. On comprend pourquoi quand on voit le travail sur une telle œuvre ! En effet, on est loin des « ebouquins » et de la lecture sur Ipad ! Chaque livre représente des centaines d’heures de travail. La couverture des ouvrages était recouverte de bijoux, les pages étaient faites de vélin, c’est à dire de peau de vache. L’écriture était réalisée par les moines, dans les monastères, à la plume d’oie taillée. Les encres utilisées pour les lettres ornementales majuscules et l’enluminure de l’ensemble du livre vinrent des quatre coins du monde : l’encre rouge était faite à partir de l’oxyde de plomb, le sépia provenait du liquide d’une seiche, le bleu de la poudre de lapis-lazuli, le jaune était à base d’or pur. Quelle merveille de regarder ce manuscrit et d’imaginer qu’il y a si longtemps la main du moine le copia et le décora.

Pour consulter le profil de  Jo Rittey, rendez-vous ici .



Join the conversation

1 Comment




  1. Judy MacMahon
    8 years ago

    Jo votre article est très intéressant. Thanks so much for taking the time to recall this wonderful Parisian experience and to share it with us.