Arts + Culture
Share
Print article

Comment

Chère Jackie

Emmanuelle Tremolet - 02/07/13 - www.MyfrenchLife.org

Votre fille Caroline publie ces jours-ci dans un livre intitulé « Jacqueline Kennedy: Historic Conversations on Life with John F. Kennedy », les confidences que vous avez faites auprès de l’historien Arthur Schlesingere, quatre mois après la mort de votre mari John F. Kennedy. La chaîne ABC News a consacré récemment à cet évènement un documentaire passionnant, en présentant des extraits de cette discussion. Nous sommes en 1964, vous avez 34 ans, vous êtes émouvante, parfois drôle et votre douce voix contraste avec votre franc-parler.

La presse française a diffusé des extraits de cette conversation. Quelle ne fût alors pas ma surprise de lire, que lors de votre visite à Paris en 1961 vous aviez trouvé Charles de Gaulle « méchant ». Le même Charles de Gaulle que vous considériez comme « votre héros » quelques années auparavant, quand vous avez épousé « Jack ». Vous confiez également que vous détestez les français et vous déclarez « Il n’y a pas un seul Français auquel je puisse penser, à part peut-être deux personnes très simples (…) ils ne sont pas très gentils, ils ne pensent qu’à eux ».

Moi qui suis française, qui vous admire tant Jackie, au fond de moi j’espère faire partie des « deux personnes très simples ».

Chère Jackie, le Général de Gaulle n’était certes pas le plus drôle des hommes, juste en le regardant, on ne s’en étonnera pas… C’était un militaire, un homme autoritaire et entier mais en aucun cas méchant. Ses amitiés étaient franches mais distantes. C’était un homme intelligent, passionné et d’une capacité exceptionnelle à assimiler les connaissances. Il aimait la lecture, la littérature et le théâtre, allant même à se déguiser et interpréter à l’occasion de fêtes.

Emmanuelle Tremolet - 02/07/13 - www.MyFrenchLife.org

Que s’est-il donc passé en 1961 lors de votre visite officielle en France, pour que vous ayez une telle appréciation de mes compatriotes et de leur président d’alors ? Grâce aux archives de la CIA et aux enquêtes journalistiques*, nous apprenons que votre mari « s’est frontalement heurté à de Gaulle ». Selon le journaliste Vincent Nouzille auteur du livre « Des secrets si bien gardés. Les dossiers de la Maison Blanche et de la CIA sur la France et ses Présidents.1958-1981 » le président français avait une vision d’indépendance nationale, d’indépendance politique, il estimait que la France était l’égal des grands pays vainqueurs de la seconde guerre mondiale et qu’elle avait son  mot à dire sur tous les grands sujets. Pour l’historien Marc Ferro, John.F. Kennedy considérait le Vieux Continent comme tributaire de l’Amérique pour sa défense et à ce titre devait être soumis aux directives politiques de Washington. Les américains en pleine Guerre Froide attendaient des alliés qu’ils s’alignent et De Gaulle s’y refusa en marquant une certaine souveraineté. Les deux hommes s’affrontèrent également sur les questions relatives à la guerre d’Algérie, votre mari étant favorable à l’indépendance de ce pays.

Nous comprenons chère Jackie au regard de vos déclarations et des images d’actualités de l’époque (voir la video ci-après), que cette visite était donc faite de faux-semblant. Toutefois, elle reste dans nos mémoires comme un merveilleux moments d’histoire. Lors de votre venue vous avez séduit les françaises et les français, depuis mes compatriotes  n’ont cessé de vous aimer. On se souvient de la déclaration de votre mari « je suis l’homme qui accompagne Jacqueline Kennedy ». De Gaulle parla de vous comme étant une femme « brillante et cultivée ».

Regardez cette video de la visite du président Kennedy à Paris !

Chère Jackie, ici en France comme ailleurs, vous trouverez des personnes pas gentilles et d’autres adorables. Il m’arrive parfois aussi de détester les français. Récemment par exemple, j’ai maudit mes compatriotes lorsque arrivant à Paris suite à un long voyage de 24 heures, je n’ai trouvé aucune assistance à l’aéroport pour m’aider avec mon bébé malade ou bien lorsque cet agent SNCF (réseau ferré) a refusé de m’aider à monter à bord d’un train avec mon enfant. Oui, parfois les français ne sont pas gentils. Je souhaite cependant souligner que l’on confond bien souvent français et parisiens. Les parisiens sont des personnes pressées, stressées  pouvant être peu agréables. Toutefois chère Jackie, je peux vous assurer que sur ce petit territoire qui est la France, se trouve des gens avec « la main sur le cœur », des gens accueillants, sincères et d’une grande gentillesse. Cette gentillesse s’exprime souvent autour d’une invitation à boire un verre ou un café, autour d’un déjeuner ou dîner, par un simple bonjour pour prendre de vos nouvelles, voir si vous vous portez bien ou si vous avez besoin d’un service. Cette gentillesse, elle s’exprime dans chaque petit coin de France et bien souvent avec discrétion.

Emmanuelle Tremolet - 02/07/13 - www.MyfrenchLife.org

Chère Jackie, en 1961 vous détestiez les français mais les connaissiez vous vraiment ? Je sais que quelques années plus tard, vous êtes venues de manière non officielle, à titre privé dans le Sud de la France, du côté de Pont Saint Esprit d’où votre famille, la famille Bouvier, est originaire. Les gens vous accueillirent en toute simplicité et il se raconte que vous y passâtes un séjour tranquille et très agréable au milieu « de personnes très simples ».

* Source: Guillaume Serina – franceusamedia.com/ Marc Ferro – charles-de-gaulle.org

Crédits images :
1. All rights reserved by Arthritis Foundation – PR
2. All rights reserved by glen.h


Join the conversation

0 Comment