Escapades
Share
Print article

Comment

Lyon’s architecture: the ‘Traboules’ (Eng & Fr)

Armance Beauchamp, 24/11/2011

Lyon’s long history, including its foundation by the Romans as the capital of the Three Gauls in the 1st century B.C., make it a city extremely rich in architectural heritage. 

It bears exceptional testimony to the continuity of urban settlement over more than two millennia on a site of great commercial and strategic significance, where cultural traditions from many parts of Europe have come together to create a coherent and vigorous community.

Among this vast heritage, I want to talk about a feature I discovered when I arrived here: the TraboulesTraboules are primarily associated with the city of Lyon, but also located in other French and European cities.

La Traboule is a narrow passageway, usually covered, that connects two streets across several buildings. From the Latin trans (across) ambulare (walk, run through).  Its name follows the French verb trabouler, which means go through a traboule But only people of this region knows those words, if you use them with other French, you’ll teach them something!

Overlooking the Saône river, the earliest inhabitants lived on one of two hills of Lyon, then called the ‘Hill of the God Lug’, and who gave his name to the city: Lugdunum (dunum : hill of…).

Archaeologists think the first traboules were built in the 4th century, when the inhabitants of Lugdunum, lacking water, took to settle in the ‘lower city’ on the banks of the river. The traboules were then used as shortcuts cutting through homes for quick access to the Saône. Later, when the drinking water wells were dug in the courtyards, the access to the river became secondary.

But the well as a common meeting place, has contributed greatly to the importance to the first traboules. Then the model of Roman patio, with its galleries and wells in the yard, were often copied in the many Renaissance buildings, continuing the use of traboules. Present in several parts of the city, the best are those of Saint John (Saint-Jean), the oldest part of Lyon.

If the houses’ facades crossed by the traboules are discrete (nobody displayed their riches conspicuously in Lyon), they sometimes cross sumptuous courses where then appears the wealth of the inhabitants. The architecture is considered, sophisticated and aesthetic prevails over functional, and there, in the secret passages, people affirmed their social status.

Armance Beauchamp, 24/11/2011

Today they remain private crossings, some are left open by the owners in agreement with the city, others are closed. But it’s a fun way to visit the old quarter. You must find the entries, as you never know exactly where you’ll end up, your path will be a discovery every time. So if you go to Lyon, don’t miss this treasure hunt.

“You have to be nomadic, through the ideas as you cross the cities and streets.” Francis Picabia

 

Version française

La longue histoire de la ville de Lyon, capitale des Trois Gaules, fondée par les Romains au Ier siècle av. J.-C, fait d’elle une ville extrêmement riche en patrimoine architectural. Elle témoigne du façonnement d’un site urbain sur plus de deux millénaires, à un emplacement d’une grande importance stratégique et commerciale, où les traditions culturelles de nombreuses régions d’Europe se sont fondues pour créer une communauté homogène et vigoureuse. 

Parmi cet immense patrimoine, j’ai choisi de parler de cette particularité que j’ai découverte en arrivant ici, une façon ludique de visiter cette ville : les traboules.  Si Lyon n’en a pas le monopole et que d’autres ville françaises ou européennes telles que Londres, Prague ou encore Salzbourg en possèdent également, elles n’en restent pas moins une spécificité lyonnaise. 

Armance Beauchamp, 24/11/2011

Traboule : (nom féminin) passage étroit, généralement couvert, qui relie deux rues en traversant plusieurs bâtiments. Du Latin trans (à travers) ambulare (marcher, parcourir). En découle le verbe “trabouler” qui signifie traverser, passer par une traboule. Mais seuls les gens de cette région connaissent ces mots, si vous les utilisez auprès d’autres français, vous leur apprendrez quelque chose ! 

Surplombant le fleuve de la Saône, les tous premiers habitants vivaient sur une des deux collines de Lyon, appelée à l’époque la “colline du dieu Lug” et qui donna son nom à la ville : Lugdunum (dunum : colline de…).

On pense que les premières traboules ont été construites au IVème siècle, lorsque les habitants de Lugdunum, manquant d’eau, sont descendus s’installer dans la “ville basse” au bord de ce fleuve. Les traboules servaient alors de raccourcis traversant directement les habitations pour rejoindre rapidement la Saône. Plus tard, lorsque des puits d’eau potable furent creusés dans les cours intérieures, l’accès au fleuve devint accessoire.

Armance Beauchamp, 24/11/2011

Mais, le puits commun, lieu de rencontre privilégié, a contribué grandement à conférer leur importance aux premières traboules.  Ensuite, le modèle du patio romain, avec ses galeries et le puit dans la cour, sera souvent copié lors des nombreuses constructions de la Renaissance, perpétuant ainsi l’utilisation des traboules. Présentes dans plusieurs parties de la ville, les plus belles restent celles du quartier Saint-Jean, la partie la plus ancienne de Lyon.

Si les façades des habitations traversées par les traboules sont discrètes (on n’affichait pas ces richesses de façon ostentatoire à Lyon), elles traversent parfois de somptueuses cours où là apparaît toute la richesse des habitants. L’architecture y est recherchée, sophistiquée, l’esthétique prime sur le fonctionnel, et là dans le secret de ses passages, l’on affirmait son statut social. 

Armance Beauchamp, 24/11/2011

Aujourd’hui elles restent des passages privés, certaines sont laissées ouvertes par les propriétaires en convention avec la ville ou pas et d’autres sont fermées. Mais c’est une façon amusante de visiter ce vieux quartier, il faut dénicher les entrées, on ne sait jamais exactement où l’on va ressortir et aucune n’étant identique c’est une découverte à chaque fois. Alors si vous passez par Lyon ne ratez pas cette chasse aux trésors.

“Il faut être nomade, traverser les idées comme on traverse les villes et les rues.” Francis Picabia

 



Join the conversation

0 Comment