Vie Française
Share
Print article

Comment

Je n’aime pas Paris

Gourichon Julie, 04/01/2012

Il y a de multiples raisons d’aimer Paris. Une ville riche et passionnante, possédant une histoire fascinante. De sa création gauloise à la Seconde Guerre mondiale. Des monuments, médiévaux et plus récents, vieux et modernes. On ne cesse de redécouvrir cette ville à travers les âges et les époques.

Notre-Dame de Paris trône sur le quartier St Michel dans sa superbe architecture gothique, une splendeur. Montmartre, ses innombrables escaliers et le Sacré-Cœur. Le château de Versailles, symbole de la monarchie française, l’apogée de l’ancien régime, l’attribut du Roi Soleil tout puissant. La Tour Eiffel, emblème du XIXème siècle. Le Panthéon rassemblant l’ensemble de notre élite intellectuelle. Le quartier latin. Le Marais…

Paris dégage une énergie puissante. Ses rues étroites et ses quartiers typiques, son rayonnement culturel et historique, ses cafés et leur terrasse. On l’appelle la Ville Lumière. La ville de l’amour et du romantisme. Une ville de tous les clichés. Les rues pavées où les françaises habillées en Chanel déambulent une baguette à la main. Il y a, en Paris, quelque chose de chic et d’élégant, de bohème et de marginal. Quelque chose d’artistique et de fantaisiste.

Il y a de nombreuses raisons d’aimer Paris. Mais, je dois l’avouer. Je n’aime pas cette ville. J’ai même tendance à dire : je déteste Paris.

Gourichon Julie, 04/01/2012

Pour une française, ça peut paraître étonnant. Beaucoup de mes amis étrangers en sont très surpris. C’est pourtant ce que je ressens. Je n’aime pas Paris. Son métro et son RER toujours pleins, malodorants et sales. Des monuments transformés en vitrines patrimoniales sans aucune âme. Ses rues bondées. Des trottoirs exigus où tout le monde se bouscule, où personne ne dit pardon. L’arrogance des gens. Des robots stressés qui courent dans tous les sens. Des voitures…des bouchons. Des kilomètres d’embouteillage même à 3h du matin. Un périphérique proche du highway to hell. Une odeur de pot d’échappement. Une atmosphère étouffante et oppressante.

On pourrait me dire : c’est le lot de toutes les grandes villes. Et pourtant, j’aime Londres, Berlin, Prague, Bruxelles, Vienne, Washington D.C, Boston, San Francisco, Vancouver, Québec… et bien d’autres où je me suis rendue. De grandes mégalopoles où des millions de personnes se côtoient.

Paris, et sa cousine, New York City, sont bien les seules à me faire cet effet: les seuls endroits où je ne me sens pas « chez moi », où j’ai l’impression d’être une extraterrestre et de ne pas être à ma place.

Image Credits © Julie Gourichon


Join the conversation

10 Comments




  1. Julie Chamand
    10 years ago

    Je n’aimais pas Paris non plus avant. C’était sans doute parce que j’étais habituée au calme de la campagne Seine-et-Marnaise ! Mais récemment, j’ai changé d’avis. D’où viens-tu en France quant à toi ?


  2. Julie Gourichon
    10 years ago

    Je viens d’Angers, 150 000 habitants 🙂 C’est sûr que ça change. Mais je vis à Londres…et j’adore la ville. Donc je ne pense pas que ce soit une question de population ou de superficie. Je crois que c’est une question d’affinités.


  3. Armance Beauchamp
    10 years ago

    Dommage de ne pas aussi avoir écrit ton article en anglais également, ton point de vue est intéressant.
    Je ne sais pas si à l’étranger on peut imaginer ne pas aimer Paris…? Et c’est le cas de beaucoup de français. Personnellement je n’en suis pas fan.
    Y aller pour un week end ok, mais y vivre : jamais ! Il y a tellement d’autres coins plus sympas en France…
    Un groupe qui partage ton opinion : “Lettre à P…” Paris Combo 😉


  4. Julie Gourichon
    10 years ago

    Je pense que Paris a surtout un rayonnement mondial mais je connais beaucoup de français qui n’aime pas Paris ou les parisiens!! Moi, c’est presque viscéral. Même quelques heures, ça me met en rogne 🙂


  5. Julie Chamand
    10 years ago

    A la limite, c’est vrai que le truc pénible c’est que ça prenne du temps pour aller d’un bout à l’autre de Paris. Mais je crois que c’est inévitable. Après pour le reste, ça m’échappe toujours… Enfin, ce qui m’échappe surtout c’est que tu apprécies Londres par exemple. Je ne connais pas Londres. En quoi est-ce différent ?


  6. Hannah Charbit
    10 years ago

    Julie, ton point de vue est intéressant, et il est vrai que ce n’est pas la première fois que j’entends des français dirent qu’ils n’aiment pas Paris. C’est par contre loin d’être mon cas, je fais partit des amoureux de la capitale française, et je pense qu’avoir la chance de pouvoir vivre à Paris est l’une des meilleures choses au monde.
    J’habitais en proche banlieue avec mes parents, et c’est vrai que le RER peut parfois être désagréable : gares malodorantes et pleines de monde, grèves de la SNCF… Cependant, certaines lignes sont correctes, parfois même agréables (RER E en partant de la gare St Lazare), et il faut avouer que le réseau ferroviaire est quand même vraiment bien aménagé, nous permettant d’aller d’un bout à l’autre de Paris assez rapidement.
    J’ai eu la chance de pouvoir passer des semaines entière dans l’appartement de certains de mes amis dans des quartier très agréables de Paris, et je peux affirmer que se réveiller entouré du charme parisien est quelque chose que peu d’autres villes peuvent égaler (surtout quand il fait beau !) : on peu voir les marchants de fruits et légumes ouvrir leurs commerces, les boutiques accueillir leurs premiers clients, ou encore les parisiens aller acheter leur baguette et leurs croissants.
    L’autre avantage que je ressentais était que je n’avais pas à prendre le train de banlieue pour aller en cours : je marchais, prenais le velib’ ou encore le métro. C’est tellement agréable de déambuler dans les rues parisiennes.
    Enfin, on ne s’ennui jamais ! Il y a toujours des expos à voir, des concerts ou autres événements culturels. Les parcs sont agréables, les monuments magnifiques, et pour ce qui est des « robots stressés qui courent dans tous les sens », c’est sans doute un peu normal dans une capital. Et tous les parisiens ne sont pas arrogants, selon moi c’est encore un cliché. J’ai plutôt tendance à être agacée par les provinciaux qui nous appellent les « parigots » d’un air dépréciatif.
    Enfin, je n’ai pas la prétention de pouvoir dire que je connais parfaitement tous les coins de France, mais j’ai pu visiter pas mal de régions que j’ai trouvé vraiment jolies. J’aime aller en province pendant les vacances ou pour une courte durée, mais Paris finit toujours par me manquer !


  7. Pascal Inard
    10 years ago

    Les touristes qui adorent Paris n’ont pas l’experience d’y habiter. Personellement j’aime Paris mais je ne voudrais y habiter pour rien au monde.


  8. Julie Gourichon
    10 years ago

    @julie chamand : Pour moi (et c’est mon avis personnel), chaque ville a une énergie différente. Toutes les grandes villes que j’ai visité est pour moi un souvenir différent (sauf les villes américaines qui finissent par toutes ressembler). Une odeur, un dynamisme et une ambiance différente. Paris, comme je l’ai évoqué dans les premiers paragraphe a aussi cette énergie qui j’apprécie. Mais le reste est pour moi tellement omniprésent que j’arrive pas à apprécier les bons côtés et ne voit que les mauvais.

    Londres a aussi ses bons côtés et ses mauvais. Mais, ils ne sont pas si imposants. Je ne saurais t’expliquer. Je manque peut-être seulement d’argument. Mais pour reprendre mon article, le métro malodorant et sale n’existe pas à Londres. Je trouve les anglais très très très (c’est excessif) polis. Ce qui est moins le cas des parisiens même si je sais qu’il ne faut pas généraliser. C’est juste une question de sensation et de bien-être. J’arrive pas à me sentir bien à Paris.

    @hannah charbit : comme je l’ai dit, il y a des choses que j’apprécie vraiment. Ce que tu dis sur le fait de se réveiller en plein coeur de Paris et de pouvoir apprécier son énergie, je ne doute pas un seul instant que ça doit être un véritable plaisir. Comme je l’ai dit aussi à Julie Chamand, toutes ces choses, je les apprécie aussi. Mes premiers paragraphes en témoignent. Mais le reste prend trop de place à mon goût.

    Il ne faut pas généraliser, c’est vrai. Tous les parisiens ne sont pas arrogants. Mais…à l’étranger, c’est l’image que les gens en ont. Parce qu’ils n’ont visité que Paris. Les français ont réellement une très mauvaise image internationale. Et plusieurs fois (mon copain étant parisien), les gens se sont étonnés de voir que nous étions “si” sympathiques. Mes meilleurs amis et mon copain sont parisiens. Mais les quelques dizaines de fois où je suis allée à Paris. Je n’ai pas du tomber sur les bonnes personnes, voilà tout.


  9. Rosemary Kneipp
    10 years ago

    Je ne voulais pas vivre à Paris lorsque j’étais en proche banlieue. Le destin a décidé autrement et aujourd’hui je vis en plein Paris au Palais Royal ce qui créé beaucoup d’envieux mais ce déménagement était très dur, il fallait tout recommencer pour m’intégrer au quartier. Dans deux ans et demi nous irons vivre à Blois et j’en suis ravie. Tous les inconvénients que cite Julie me vont droit au coeur. Le jour où nous avons trouvé notre maison à Blois (et que j’ai décrit dans mon blog) était tellement différent de notre quotidien à Paris que je n’avais qu’une envie – déménager tout de suite!


  10. Ann Nasser
    10 years ago

    Je suis tout à fait d’accord avec Julie sur quelques points. J’ai vecu à Paris dans une periode de 3 ans presque, mais j’ai une préférence pour autres villes en France. Le métro bondé et l’embouteillage m’agacent très souvent.