Reportage + Société
Share
Print article

Comment

Tragédie de Toulouse, la France bouleversée

La France en effroi – Un jeune terroriste français de 23 ans tue de sang-froid sept personnes dont trois jeunes enfants.

Emmanuelle Tremolet - Tragédie de Toulouse, la France bouleversée - Ma Vie Française - My French Life - www.MyFrenchLife.org

Seule image connue de Mohamed Merah provenant d’un reportage de France2

Assassinats en série en région Midi-Pyrénées

À Toulouse, le 11 mars 2012, un jeune français de 23 ans, Mohamed Merah tue Imad Ibn Ziaten, un parachutiste de 30 ans d’une ou plusieurs balles dans la tête.

Le tueur récidive quelques jours plus tard à Montauban, en assassinant froidement deux  autres militaires, Abel Channouf, 25 ans et Mohamed Legouade, 23 ans. Il blesse grièvement un troisième homme.

Lors de ces trois assassinats de militaire, Mohamed Merah utilise le même procédé, il se déplace rapidement à l’aide d’un scooter, porte une petite caméra à son cou, utilise une arme de calibre 11,43 et il tue ses victimes avec sang froid à bout portant voire touchant.

Une certaine inquiétude s’installe alors dans la région toulousaine.

Le lundi 19 mars aux environs de 8 heures du matin, dans la cour de l’école de confession judaïque Ozar Hotora à Toulouse, un professeur de 30 ans et ses deux enfants de 3 et 6 ans ainsi que la fille de 10 ans du directeur de l’école sont abattus froidement à bout touchant et portant par Mohamed Merah. Un garçon de 17 ans est également blessé.

L’horreur et l’indignation sont à son comble. La France est sous le choc, la peur s’installe à Toulouse. La plupart des candidats suspendent la campagne présidentielle. L’heure est à l’unité au sein de la République française.

L’enquête française

Une enquête monopolisant plus de 200 policiers permet de retrouver quelques jours après, la trace du tueur dans un appartement du quartier de la Côte Pavée à Toulouse. En tentant de pénétrer dans l’appartement, des policiers sont blessés. Commence alors de nombreuses heures de négociations entre la police et Mohamed Merah afin que ce dernier se rende et soit ainsi capturé vivant.

 7076141171_9f6bc21c8b_b

Hommes du RAID, unité d’élite de la police nationale francaise

Durant les premières heures de ce long retranchement, Mohamed Merah parle et indique aux policiers avoir voulu venger les enfants palestiniens, s’en prendre à l’armée française pour sa présence en Afghanistan ainsi que protester contre l’interdiction du voile intégral en France. Après avoir annoncé qu’il voulait se rendre, il déclare vouloir « mourir les armes à la main » et rompt toute communication.

L’assaut de l’unité d’élite de la police nationale française

Le vendredi 23 mars à 11h30 du matin, les hommes du Raid pénètrent dans l’appartement. S’en suit une fusillade de près de sept minutes. Des policiers sont blessés. Le suspect retranché lourdement armé tire à tout va, il se dirige vers la fenêtre et saute tout  en tirant sur les policiers. Il est retrouvé mort. Deux impacts de balles sont retrouvés dans le corps du tueur.

7076147789_13d587c60c

Claude Guéant, Ministre de l’Intérieur Français

Les interrogations

Quelques jours plus tard, la chaîne Al Jazeera révèlera qu’elle a reçu des vidéos filmés par Mohamed Merah  contenant l’enregistrement des tueries de Montauban et Toulouse.

Selon les différentes informations lues dans la presse, il semblerait que le jeune homme est agi de son propre chef. Se pose alors les questions suivantes : comment ce jeune français est tombé dans cet extrémisme ? Comment a t-il pu se procurer des armes, notamment des armes lourdes ? Peut-il y avoir d’autres « Mohamed Merah » potentiels en France ? Ces questions impliquent de s’interroger sur la jeunesse française, l’éducation, la sécurité, la lutte du terrorisme, des sujets que les candidats de la campagne présidentielle française 2012 auront bien pris soin de ne pas trop aborder.

_____________
Source des images:
Image du reportage de  France2 – tianplus.blogs.nouvelobs.com
Hommes du RAID –  lefigaro.fr
Claude Guéant – lepoint.fr



Join the conversation

0 Comment