Reportage + Société
Share
Print article

Comment

Français de l’étranger Asie-CEI-Océanie – Législatives 2012 : Thierry Mariani, UMP (2/2)

Emmanuelle Tremolet - Français de l'étranger Asie-CEI-Océanie - Législatives 2012 : Thierry Mariani, UMP (2/2) - Ma Vie Francaise - My French Life - www.MyFrenchLife.org

Depuis la loi du 23 juillet 2008, les 1 594 303 millions de Français établis hors de France peuvent élire 11 députés de 11 circonscriptions.

Thierry Mariani, candidat UMP aux élections législatives de 2012 dans la 11ème circonscription Asie-CEI (Communauté des Etats Indépendants)-Océanie est arrivé en tête devant le candidat PS Marc Villard. Il a accepté de répondre aux questions de My French Life.

Pour lire la première partie de l’interview, cliquez ici.

Les Français établis hors de France sont souvent confrontés à des problèmes concernant les retraites, la fiscalité, la sécurité sociale (notamment lors du retour en France) et l’accès des enfants aux écoles françaises à l’étranger. Avez-vous d’ores et déjà des propositions sur ces sujets ?

Bien sûr. Cela fait plusieurs années que je réfléchis à ces sujets et cherche à proposer les solutions les plus adaptées aux préoccupations, parfois très spécifiques, des Français établis hors de France.

En ce qui concerne la protection sociale : je souhaite avant tout moderniser les moyens de protection des Français expatriés. D’abord, en améliorant la coordination entre l’assurance maladie française et les systèmes étrangers, à travers une harmonisation et un élargissement des accords avec les établissements de santé locaux. Je souhaite également supprimer la rétroactivité des cotisations en cas d’adhésion tardive à la Caisse des Français de l’Etranger (CFE) et encourager l’adhésion immédiate des assurés.

J’estime par ailleurs qu’un versement à l’étranger d’allocations chômage doit être possible pour les Français, salariés dans leur pays d’établissement, mais qui ont acquis des droits à l’assurance-chômage en France, dès lors qu’ils justifient auprès de l’administration consulaire d’une recherche d’emploi effective.

Enfin, je souhaite renforcer les moyens destinés à l’action sociale à l’étranger, et créer un fonds de soutien aux Français privés de revenus, ayant pour fonction d’octroyer des aides correspondant aux minima sociaux sous forme d’avances remboursables pour des durées limitées (3 à 6 mois).

Sur les retraites : Je souhaite alléger les contraintes administratives imposées aux retraités vivant à l’étranger et créer un système d’affiliation volontaire au régime général de l’assurance vieillesse, piloté par la CFE.

La fiscalité, quant à elle, est un thème très clivant dans le paysage politique. L’obsession du nouveau ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, est d’ailleurs de créer une « contribution de solidarité nationale » pour les Français dont le domicile fiscal est situé hors de France.  Mon principal objectif est au contraire de renforcer le lien qui unit les expatriés à la France en leur permettant de bénéficier, pour une résidence possédée en France, d’un traitement fiscal équivalent à celui des résidences principales (taxation des plus-values, droits de mutation, abattement dans le calcul de l’Impôt sur la fortune (ISF), impôts locaux).

Je souhaite également assurer un traitement fiscal équitable grâce à la négociation d’accords fiscaux dans les pays qui n’en ont pas et au maintient et à l’amélioration de ceux qui existent déjà de façon à éviter la double imposition. Enfin, je veux remplacer, en cas d’expatriation, l’obligation de fermeture des Plan  d’épargne en actions (PEA) par une simple suspension des avantages fiscaux.

Enfin, vous abordez le thème de l’accès des enfants aux écoles françaises à l’étranger, qui est une des préoccupations majeures des expatriés ayant des enfants en âge d’être scolarisés. Contrairement au Parti socialiste, je fais de la préservation d’un haut niveau d’aide à la scolarité une de mes priorités.

Cette prise en charge (PEC) était une des promesses de Nicolas Sarkozy en 2007 et nous l’avons mise en place. Le nouveau Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a quant à lui affirmé, il y a quelques semaines, que le Gouvernement reviendrait sur cette mesure qui est pourtant une mesure de justice.

Je souhaite pour ma part au contraire étendre progressivement la PEC du lycée aux autres niveaux d’enseignements, et maintenir les crédits destinés aux bourses scolaires que Nicolas SARKOZY a doublés en 5 ans. L’extension de la PEC, en plus de garantir un accès égal à l’enseignement, permettra à nos PME qui n’avaient pas les moyens de prendre en charge les frais de scolarisation des enfants de leurs employés expatriés, de se développer plus facilement à l’international.

Pour aller plus loin sur le thème de l’éducation, j’agirai également en faveur de l’accroissement des capacités d’accueil des établissements éducatifs.

Enfin, pour favoriser la mobilité universitaire, je m’engage à œuvrer pour une meilleure reconnaissance à l’international des diplômes délivrés en France et en faveur d’une meilleure reconnaissance en France des diplômes étrangers.

Merci Thierry Mariani pour l’interview que vous avez accordée à Ma Vie Francaise™ . Nous vous souhaitons une bonne campagne. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site http://www.thierrymariani.fr

Pour savoir comment voter hors de France, cliquez ici.
______
Image Credits:
 1. Métro France
 2Radio France blogs



Join the conversation

0 Comment