Arts + Culture
Share
Print article

Comment

Révolutions françaises part two: Henri Cartier-Bresson

8360857149_1cb9cf03fe_b

This article is in French. Click here to read it in English.

Les œuvres du photographe français Henri Cartier Bresson sont actuellement à l’honneur à la Somerset House de Londres, dans le cadre de l’exposition ‘Cartier-Bresson: a question of colour’.

Le 22 août 1908 naît Henri Cartier-Bresson, un petit garçon qui deviendra un pionnier dans l’art nouveau de la photographie journalistique et artistique. Son approche personnelle, son instrument principal, l’appareil photographique, ainsi que son talent lui permettront en effet de se classer parmi les grands innovateurs artistiques français et de marquer à jamais la photographie dans le monde entier.

« L’instant décisif »

8361883724_ce350d2f02_o

Henri Cartier-Bresson avait une idée très précise des ingrédients nécessaires à la réussite d’un cliché.

Refusant tout concept de cadrage ou de mise en scène, il fait entièrement confiance à ce qu’il appelle « l’instant décisif », c’est-à-dire la minute, la seconde où son sujet adoptera la disposition parfaite sans aucune intervention de sa part. L’image se doit de se signifier elle-même, sans aucune modification externe. Le photographe se doit uniquement d’être présent et d’appuyer sur le déclencheur au bon moment.

Le courant humaniste

Ce n’est pas seulement dans la manière d’utiliser l’appareil que HCB, comme on le surnomme, se démarque de ces prédécesseurs. En effet, c’est vers des sujets totalement différents de la photographie classique qu’il tourne son objectif.

Prenant vie dans les années 30, le mouvement humaniste, dont le berceau est Paris, s’éloigne des portraits bourgeois et bien rangés pour s’intéresser aux classes sociales qui ont souffert des guerres mondiales. Henri Cartier-Bresson sera un des premiers à faire de cette cause la sienne. Il fera de nombreux reportages sur la misère, qu’elle se trouve dans le tiers-monde ou simplement dans les rues de la capitale française.

Les héritiers du photographe français

8360821119_e4a8363638_b
HCB a beaucoup influencé la relève de la photographie française et internationale. Nombreux sont ceux qui se sont essayés à capter ce fameux « instant décisif » dans leurs clichés. Le musée Somerset House de Londres dédie donc aujourd’hui l’une de ses expositions au photographe et à ses dignes successeurs.

Ceci en jouant sur l’une des particularités du photographe : Henri Cartier-Bresson refusait en effet d’utiliser la couleur dans ses phototypes. Le musée s’est donc posé cette question : « Que donnerait une cohabitation des clichés de HCB et de photographes modernes utilisant la couleur ? »

C’est donc un mélange de noirs et blancs et de couleurs que l’on retrouve dans les salles de la Somerset House. William E. Ewing, conservateur de musée et concepteur de l’exposition, qualifie ce concept de « challenge et de réponse » à la vision Bressienne de la photographie. Il s’agissait de « prouver » que HCB n’avait aucune raison de penser que la couleur portait atteinte à l’instant décisif et, bien sûr, de le réinterpréter personnellement.

Un pari réussi

8360821037_d280b9d3d7_o
De cette façon, on peut y observer des clichés plutôt semblables à ceux de HCB, dans la rue, une cour d’école, où encore d’autres plus surprenants, dans une salle de musée par exemple. Mais tous sont à considérer dans le cadre des concepts de l’instant décisif, du hasard et de l’auto-signification.

De cette façon, Somerset House parvient à rendre hommage au grand HCB tout en mettant en avant des photographes contemporains tels que Carolyn Drake, Catherine Edelman ou Melanie Einzig dans un combat noir/blanc contre couleurs très intéressant et pertinent.

L’exposition se tiendra jusqu’au 27 Janvier. De passage à Londres ? N’hésitez pas à y mettre les pieds !

Cliquez ici pour lire la première partie de notre série sur les ‘Révolutions françaises’ à Londres.

Références :
1. Fondation Cartier-Bresson.
2. Site Internet de la Somerset House. Crédits images :
1. ‘Harlem, New York’, Henri Cartier-Bresson, 1947.
2. ‘Boulevard Diderot Paris’, Henri Cartier-Bresson, 1968.
3. ‘Untitled ($10 bill in mouth), New York City’, Jeff Mermelstein, 1992.
4. ‘Flanders region, Province of Brabant’, Harry Gruyaert, 1988.


Join the conversation

2 Comments




  1. Judy MacMahon
    7 years ago

    EVENT in LONDON in MAY – MaVieFrançaise® is organising a soirée in London on 29 May 2013 – If you’d like to receive an invitation, then please email us at info@MyFrenchLife.org and we’ll be in touch when the arrangements are finalised. Hope to see you there… Judy
    PS:Joséphine, thank you for this great article.


  2. Emmanuelle Tremolet
    7 years ago

    Très intéressant et très bien écrit ! Merci Joséphine