Arts + Culture | Interviews
Share
Print article

Comment

Interview : Cathy Gourbault-Lawrence, co-organisatrice du premier festival polynésien

8046085719_ea6abe955a_o

Le premier festival de la Polynésie française aura lieu à Melbourne, en Australie, du 25 au 28 octobre prochain. L’événement est organisé par la société N&C Pacifique, gérée par Cathy Gourbault-Lawrence et Norma Fall-Armytage.
Cathy a gentiment accepté de répondre à nos questions. Nous en avons profité pour mieux la connaître et en savoir un peu plus sur le festival.

Un profil atypique

Pourriez-vous vous décrire en trois adjectifs ?
Enthousiaste, déterminée, attachée aux valeurs.

8046470596_357295eff0_o

Vous participez activement aux événements sportifs et culturels de la Polynésie française. D’où vous vient ce fort attachement pour la Collectivité d’Outre-mer ?
Je réside en Polynésie française depuis 1994, je me sens polynésienne de cœur.

Ma très forte implication dans mon cadre professionnel et dans la vie associative (Vice présidente mondiale de la Jeune Chambre Internationale en 2001 et adjointe du gouverneur au Rotary de 2008 à 2011) me permet d’apporter ma modeste contribution à la communauté et à la cité et de donner un sens à mon existence.

Comme beaucoup d’Australiens vous aimez le sport et notamment la natation. Vous avez une réputation d’excellente nageuse. Que vous apporte la natation dans votre vie ?
Ayant appris à nager à 2 ans et demi et étant une ancienne maître nageuse sauveteuse, la natation a toujours fait partie de ma vie et de mon équilibre ; même si désormais je pratique la natation dans un cadre de loisirs et non plus dans un cadre de haute compétition. Et puis comment ne pas nager dans un cadre aussi somptueux que les lagons polynésiens ? C’est nager dans le bonheur !

Vous êtes une chef d’entreprise très active. Voyagez-vous beaucoup ? Quel est votre secret pour concilier vie professionnelle et vie privée ?
Une hyper organisation, une auto discipline et la soif de vivre et de tout vivre pleinement. J’ai l’immense chance d’avoir un mari qui me suit, me soutient dans mes projets, mes passions. Cette vie partagée avec Hugh entre la Polynésie française et l’Australie est très riche, elle me permet de me ressourcer et d’apprécier avec humilité les mille petits bonheurs de ma vie à Tahiti et à Nagambie (Victoria).

Le premier festival polynésien à Melbourne

8041391768_81bd437143_c

Du 25 au 28 octobre aura lieu le premier festival polynésien de Melbourne. Votre société NC Pacific The French Touch co-organise la manifestation. Comment est née l’idée ? Qu’est-ce qui vous a poussé à mettre en place cet évènement?
Norma, mon associée, vit comme moi entre l’Australie et Tahiti. Nous nous connaissons de longue date et ensemble, en juillet 2010, nous avons souhaité monter un projet qui permettrait de combiner nos réseaux personnels, professionnels et associatifs dans les deux pays, et d’y allier nos compétences. Alors les idées ont germé, ne restait plus qu’à leur donner vie. Un tel projet aussi ambitieux est un très beau challenge à relever mais cela donne toute la dimension de ce festival !

Quelles ont été les difficultés que vous avez rencontrées pour concrétiser ce projet ?
Avoir des rêves, des idées et la volonté de relever un tel défi ne comble pas le manque de connaissances très pointues en matière de réglementation douanière, fiscale et en matière d’immigration et d’importation. Nous avons eu la chance d’être assistées par des personnes qui ont cru en notre projet et nous ont fait confiance. Les difficultés ne sont-elles pas faites pour être abattues et non pas pour abattre ? Elles ont renforcé notre détermination pour aller au bout de notre projet.

8046496420_21444342d6_o

Pensez-vous que la Polynésie française reste méconnue en Australie ?
Beaucoup de clichés, parfois très réducteurs, sont associés à la Polynésie française. Ce festival va permettre d’en montrer beaucoup d’autres facettes et une grande richesse. Et puis ce festival est une grande première dans l’état du Victoria.

Pourquoi avoir choisi Melbourne en particulier ?
Norma et Alain résident à Melbourne, je réside avec Hugh à Nagambie, un adorable petit village situé à 120 km au nord de Melbourne. J’adore Melbourne qui est une ville si belle, si riche de sa diversité culturelle. Melbourne était l’écrin idéal pour la perle du Pacifique et puis Como House est très représentatif de ce lien très spécial et familial pour Norma. Ce premier festival est chargé de symboles.

8041420733_c00c1569fc_c

Qu’attendez-vous de ce festival ?
Qu’il offre aux visiteurs australiens l’occasion de découvrir ou de redécouvrir la Polynésie sous de multiples facettes, loin des clichés. Qu’il fasse vibrer au son des toeres, qu’il séduise par ces époustouflants spectacles de danse, qu’il impressionne par la qualité de son accueil, par les œuvres de nos artistes et artisans, qu’il fasse rayonner notre perle de Tahiti et sublime notre vanille. Qu’il donne aux visiteurs l’envie de déguster nos saveurs polynésiennes et notre bière Hinano, et l’envie de venir visiter nos îles. C’est tout !

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur sa programmation ? Quels sont les temps forts durant ces quelques jours ?
Quatre journées de festival dans le magnifique site de Como house & Garden avec plus de 30 exposants sur l’artisanat, la bijouterie d’art, le textile, l’agroalimentaire, le sport, le tourisme, l’éducation et bien sûr nos deux joyaux que sont la perle de Tahiti et la vanille.

8046092444_f9652c7e59_c

Il y aura également une superbe exposition de photos prêtée par le service de la culture et du patrimoine sur « la diversités des trésors culturels polynésiens », 5 films et documentaires du FIFO (festival international du film océanien) qui passeront chaque jour en boucle, de nombreuses activités interactives, des démonstrations et des spectacles de danse dont le groupe professionnel ‘O Tahiti E’, vainqueur du 130ème HEIVA (compétition annuelle de chants et danses en Polynésie française).

Sans oublier un food court pour se restaurer dans un cadre idyllique.

5 soirées inoubliables au programme :
– Le 23 octobre: démonstration de danse du groupe O Tahiti E à Federation Square (gratuit)
– Le 25 octobre: soirée film FIFO hors murs (Festival International du Film et documentaire Oceanien) au Capitol Theatre, Swanston street.
– Les 26 et 27 octobre : spectacles de danse du groupe ‘O Tahiti E’ et défilé de mode et bijoux polynésiens à Function on Chapel.
– Le 30 octobre: grand diner spectacle sur le thème « Tahiti aux temps anciens » avec le groupe ‘O Tahiti E’ à Leonda by the Yarra.

Ses favoris

8046174775_8905f64dd9_o

Parmi les nombreuses îles que compte la Polynésie française, quel est votre coup de cœur?
Comment ne pas être séduit par ces îles hautes et ces atolls ? Je ne me lasse pas de ces dégradés de bleu, de cet océan, de ces odeurs de fleurs et de l’immense gentillesse de la population. Toutefois, j’ai toujours eu un faible pour Raiatea et Tahaa qui ont été ma première rencontre avec la Polynésie en 1990 et qui ont marqué mon destin à jamais.

Qu’aimez-vous faire pour vous détendre ?
Je répondrai à votre question après le festival mais à Nagambie j’aime être dans mon jardin, dans mon hamac, j’aime cuisiner, broder, écouter de la musique (jazzy, classique) et être entourée d’êtres chers à mon cœur.

Quelle est votre spécialité culinaire polynésienne favorite ?
Le Mahi mahi sauce vanille (poisson cru) et j’adore le maitai (cocktail local).

Quelle est la chose incontournable que vous nous conseilleriez de faire en Polynésie ?
Aller au marché de Papeete le dimanche matin puis assister à un office au temple Paofai : le spectacle y est extraordinaire, les chants sont à couper le souffle ! Cela ne peut se décrire, cela se vit !

Pour plus d’informations sur le festival polynésien qui aura lieu prochainement à Melbourne, rendez-vous sur le site officiel de l’évènement et sur sa page Facebook.

Thank you Cathy for taking the time to speak to us at My French Life™. We’ve enjoyed getting to know more about you and the festival.

Image Credits :
1, 3, 5, 6 from Cathy Gourbault-Lawrence
2. Lagon polynésien, by nilsinaldi, via Flickr
4. drapeau polynésien
5. Raiatea, by Mitch Allen, via Flickr


Join the conversation

0 Comment